Faits nutritionnels sur l’huile de coton : Calories, glucides et bienfaits pour la santé

L’huile de coton est l’huile extraite des graines de coton, dont Gossypium hirsutum et Gossypium herbaceum. Cette huile bon marché peut être utilisée pour la cuisine familiale, mais elle est également utilisée par les fabricants de produits alimentaires pour la production d’aliments tels que les biscuits et les chips. L’huile de coton est-elle mauvaise pour la santé ? La réponse dépend, en partie, de la façon dont vous l’utilisez. Cette huile est plus saine que certaines, mais moins que d’autres.

Données nutritionnelles

Les informations nutritionnelles suivantes sont fournies par l’USDA pour une cuillère à soupe (15ml) d’huile de coton.

  • Calories : 120
  • Lipides : 14g
  • Sodium : 0mg
  • Glucides : 0g
  • Fibres : 0g
  • Sucres : 0g
  • Protéines : 0g

Graisses dans les graines de coton Huile

Il existe trois types différents de graisses dans l’huile de coton.

Cette huile contient des graisses saturées. Les graisses saturées sont considérées comme des graisses moins saines car elles peuvent contribuer aux maladies cardiaques. L’American Heart Association recommande de choisir des huiles contenant moins de quatre grammes de graisses saturées par cuillère à soupe. L’huile de coton ne contient que quatre grammes de graisses saturées par cuillère à soupe, soit environ 16 % de l’apport journalier recommandé.

Vous obtenez également 7 grammes de graisses polyinsaturées lorsque vous consommez une cuillère à soupe d’huile de coton. Les graisses polyinsaturées sont liquides à température ambiante et peuvent améliorer la santé cardiaque si vous les utilisez pour remplacer les graisses moins saines (comme les graisses saturées) dans votre alimentation.

Il existe deux types différents d’acides gras polyinsaturés (AGPI) et l’huile de coton contient les deux. Selon les données de l’USDA, vous obtiendrez 2 % de votre apport quotidien recommandé en acide α-linolénique (ALA) ou acides gras oméga-3 et vous obtiendrez 58 % (7 grammes) de votre apport quotidien recommandé en acide linoléique ou acides gras oméga-6.

L’huile de coton contient également une petite quantité de graisses monoinsaturées. Les graisses monoinsaturées proviennent principalement de sources végétales, comme les avocats, les noix ou les graines. Les acides gras monoinsaturés, également appelés AGMI, sont censés augmenter le taux de cholestérol HDL ou « bon » cholestérol. Les experts de la santé recommandent de remplacer les graisses moins saines (comme les graisses saturées et les graisses trans) par des graisses monoinsaturées ou polyinsaturées. L’Academy of Nutrition and Dietetics recommande que 15 à 20 % de votre apport calorique provienne d’acides gras monoinsaturés.

Les glucides dans l’huile de coton

L’huile de coton ne contient pas de glucides. La charge glycémique estimée de l’huile de coton est nulle.

Protéines dans l’huile de coton

L’huile de graines de coton ne contient pas de protéines.

Micronutriments dans l’huile de coton

L’huile de graines de coton apporte de la vitamine E à votre alimentation. Vous obtiendrez 5 milligrammes, soit environ 32 % de l’apport quotidien recommandé, en consommant une cuillère à soupe d’huile de coton.

La vitamine E, ou alpha-tocophérol, joue un rôle important dans le métabolisme cellulaire et on lui prête des vertus anti-âge. Cette vitamine importante peut également contribuer à protéger contre certaines maladies, notamment le cancer, les maladies cardiovasculaires, la cataracte et le diabète.

Vous obtiendrez également une petite quantité (seulement 3 microgrammes, soit 4 % de votre objectif quotidien) de vitamine K dans une cuillère à soupe d’huile de coton. La vitamine K est essentielle aux fonctions de coagulation du sang.

Avantages pour la santé

Lorsque vous consommez de l’huile de coton, vous augmentez votre apport en acides gras oméga-3 et oméga-6, deux types de graisses polyinsaturées. Les oméga-3 et les oméga-6 sont tous deux des graisses essentielles, c’est-à-dire des graisses qui doivent être consommées dans le cadre de l’alimentation car votre organisme ne les produit pas.

Les acides gras oméga-3 contenus dans l’huile de coton contribuent à réduire la coagulation sanguine et l’inflammation dans l’organisme et peuvent également contribuer à dilater les vaisseaux sanguins et à abaisser la pression artérielle. Les oméga-6 contenus dans l’huile de coton contribuent à réduire le risque de maladie cardiaque et peuvent également contribuer à réduire le risque de cancer.

La petite quantité de graisses monoinsaturées contenue dans l’huile de coton est également bénéfique pour la santé. Des recherches ont montré que lorsque vous remplacez les graisses saturées par des graisses monoinsaturées, votre risque d’événements cardiovasculaires ou de décès cardiovasculaire est réduit. En outre, des études ont montré qu’une consommation accrue de graisses monoinsaturées réduit le risque de mortalité toutes causes confondues et d’accident vasculaire cérébral.

Si vous choisissez d’inclure l’huile de coton dans votre alimentation, il est important de se rappeler que cette huile – comme toutes les huiles – est une graisse. Les graisses apportent neuf calories par gramme, contre quatre calories par gramme pour les glucides et les protéines. Ainsi, même si l’huile de coton est considérée comme une graisse saine, vous devez la consommer avec modération afin d’atteindre et de maintenir un poids sain.

Questions fréquentes

L’huile de coton est-elle mauvaise pour la santé ?

L’huile de coton n’est pas considérée comme l’une des graisses les plus saines, car elle contient plus de graisses saturées que les autres huiles et moins de graisses saines. En outre, certains consommateurs se sont inquiétés des pesticides utilisés dans la culture du coton, qui peuvent se retrouver dans l’huile à l’état de traces.

L’huile de coton est bon marché. Certains fabricants de produits alimentaires utilisent donc de l’huile de coton hydrogénée dans la production de produits de boulangerie, de biscuits et d’autres aliments. Ces aliments ne sont généralement pas bons pour la santé et contribuent à votre consommation de calories vides.

Quelles sont les utilisations de l’huile de coton en dehors de la cuisine ?

Certains consommateurs utilisent l’huile de coton pour la santé des cheveux et de la peau. Certains pensent que la consommation de l’huile favorise la croissance des cheveux. D’autres utilisent l’huile en application locale sur la peau, les cheveux et le cuir chevelu pour stimuler la croissance des cheveux, prévenir leur chute et améliorer l’apparence de la peau.

L’huile de coton contient de la vitamine E, qui a été présentée comme un traitement pour les cicatrices et pour favoriser une bonne peau et de bons cheveux. Malheureusement, la communauté scientifique n’apporte pas de soutien solide à l’utilisation de la vitamine E pour ces applications. Selon une revue de recherche, « Après tant d’années de recherche sur la vitamine E, on ne sait toujours pas si les millions de dollars de produits à base de vitamine E payés par les patients et les consommateurs ont été bénéfiques. »

Quelle est la meilleure façon de conserver l’huile de coton ?

L’huile de coton doit être conservée dans un récipient hermétique et doit être stockée dans un endroit frais et sec, à l’abri de la lumière directe du soleil.

Conseils de cuisson et de préparation

L’huile de coton a un point d’éclair plus élevé que d’autres types d’huile saine comme l’huile de canola, l’huile d’olive ou même l’huile de carthame. Le point d’éclair, ou point de fumée, est la température à laquelle une huile commence à dégager des fumées. Comme le point de fumée de l’huile de coton est d’environ 215°C (420°F), elle est souvent utilisée pour la friture et d’autres techniques de cuisson à haute température. Certains disent que c’est l’huile la plus saine pour la friture, car elle contient au moins une partie des graisses polyinsaturées et monoinsaturées.

L’huile de coton peut également être utilisée pour la cuisson et les sucreries. L’huile a un goût neutre, de sorte qu’elle peut être utilisée à la place d’autres graisses sans modifier la saveur de vos aliments préférés.

Allergies et interactions

Selon l’American Academy of Allergy, Asthma, and Immunology, l’allergie aux graines de coton est relativement rare. La question se pose de savoir si l’allergène est présent ou non dans l’huile de coton, bien que certaines recherches aient suggéré que ce n’est pas le cas. Par conséquent, si vous êtes allergique aux graines de coton, il se peut que vous ne réagissiez pas à l’huile.

Si vous êtes allergique à l’huile de coton, vous pouvez présenter une éruption cutanée sur une zone spécifique du corps si elle est utilisée en application topique. Des symptômes plus graves après la consommation d’huile de coton peuvent inclure un gonflement du visage, de la gorge et/ou de la bouche, des difficultés respiratoires, un asthme sévère, des douleurs abdominales, des nausées et des vomissements.

Si vous pensez être allergique à l’huile de coton, consultez votre professionnel de la santé pour obtenir un diagnostic approprié et des conseils pour gérer les symptômes.


Sources des articles
Drhenry.org n’utilise que des sources de haute qualité, y compris des études évaluées par des pairs, pour étayer les faits présentés dans ses articles. Lisez notre processus éditorial pour en savoir plus sur la façon dont nous vérifions les faits et maintenons notre contenu précis, fiable et digne de confiance.
  • Vitamine E. Fiche d’information pour les professionnels de la santé. National Institutes of Health Office of Dietary Supplements.
  • Keen MA, Hassan I. La vitamine E en dermatologie. Indian Dermatol Online J. 2016;7(4):311-5.doi:10.4103/2229-5178.185494.
  • Krasnova TN, Samokhodskaya LM, Ivanitsky LV, et al. [Impact des polymorphismes des gènes de l’interleukine-10 et de l’interleukine-28 sur le développement et l’évolution du lupus néphrétique]. Ter Arkh. 2015;87(6):40-44. doi:10.1080/1091581017503009371
  • Schwingshackl L, Hoffmann G. Acides gras monoinsaturés, huile d’olive et état de santé : une revue systématique et une méta-analyse des études de cohorte. Lipides Health Dis. 2014;13:154. doi:10.1186/1476-511x-13-154
  • Schwingshackl L, Hoffmann G. Acides gras monoinsaturés et risque de maladie cardiovasculaire : synopsis des preuves disponibles à partir de revues systématiques et de méta-analyses. Nutriments. 2012;4(12):1989-2007. doi:10.3390/nu4121989
  • Siri-tarino PW, Chiu S, Bergeron N, Krauss RM. Les graisses saturées versus les graisses polyinsaturées versus les glucides pour la prévention et le traitement des maladies cardiovasculaires. Annu Rev Nutr. 2015;35:517-43. doi:10.1146/annurev-nutr-071714-034449.
Retour haut de page