Traitement du SARM, Symptômes du SARM, Causes du SARM

Environ 2 % de la population est porteuse de la bactérie SARM quelque part sur le corps, la même qui est à l’origine de plus de 90 000 infections graves au staphylocoque rien qu’aux États-Unis chaque année, et qui est liée à de graves problèmes de santé comme les abcès cutanés, la septicémie et la pneumonie.(1) Le SARM est un type de bactérie staphylocoque résistante, qui, collectivement, est la première cause d’infection bactérienne hématogène traitée aux États-Unis chaque année. Chaque année, environ 1,2 million de personnes se rendent dans un hôpital américain parce qu’elles présentent des symptômes d’une infection à staphylocoque et cherchent à se faire traiter pour le SARM.

Depuis le milieu des années 1970, les chercheurs ont constaté qu’un nombre croissant de personnes sont désormais porteuses de la bactérie responsable des infections à staphylocoque. Heureusement, les experts ont pu formuler de nouvelles options de traitement du SARM qui permettent de contrôler ou de traiter la plupart des épidémies. Le nom de la bactérie responsable de la plupart des infections mineures à modérées est le staphylocoque, un microbe désormais très courant qui vit sur la peau d’environ 30 % des adultes et des enfants.(2)

La grande majorité des microbes staphylocoques vivant à la surface de la peau ne provoquent pas de symptômes d’infection, mais ils peuvent le faire s’ils pénètrent dans les couches plus profondes de l’organisme et commencent à proliférer – surtout s’ils mutent au cours du processus et sont alors capables de résister au traitement.

Le plus gros problème associé aux staphylocoques n’est pas leur existence, mais le fait que de nombreuses souches ont désormais la capacité de se transformer et de se défendre contre les antibiotiques.

Rien qu’en 2005, les infections au SARM ont coûté environ 9,7 milliards de dollars au système de soins de santé et, malheureusement, de nombreux patients atteints d’infections graves n’ont pas pu en venir à bout en raison de la résistance.(3) Empêcher le SARM de se propager en premier lieu est l’une des choses les plus importantes sur lesquelles nous devrions nous concentrer, étant donné que les recherches suggèrent que 20 % à 30 % de toutes les infections au staphylocoque pourraient être évitées grâce à la mise en place de programmes d’hygiène et de contrôle.


Qu’est-ce que le SARM ?

SARM est l’abréviation destaphylocoque doré résistant à la méthicilline, un type de bactérie qui contribue aux infections de la peau, du tissu conjonctif et parfois des os, du cœur et des vaisseaux sanguins. Si la plupart des infections à staphylocoque sont traitables par une combinaison d’antibiotiques et/ou une intervention chirurgicale mineure pour ouvrir et drainer les abcès enflammés, certaines infections à SARM ne le sont pas et constituent donc une menace beaucoup plus grave pour la santé publique.

Le SARM étant résistant aux antibiotiques, il peut parfois continuer à se propager dans l’organisme, les bactéries se frayant un chemin dans la circulation sanguine et se retrouvant dans des poches où elles peuvent rapidement se reproduire. On a découvert que plusieurs microbes du SARM peuvent se transformer (muter) d’une souche à l’autre, ce qui favorise leur survie. Cela est particulièrement dangereux lorsque le SARM atteint des organes vitaux comme le cœur et les poumons ou commence à affecter la circulation sanguine dans les principaux vaisseaux.

Environ 20 % de toutes les infections sanguines traitées dans les hôpitaux sont désormais causées par le staphylocoque SARM. La prévention et la capture des infections hématogènes à leur stade le plus précoce restent les principales préoccupations des experts.

Les résultats suggèrent que les protocoles de traitement du SARM sont en fait efficaces et que les taux d’infection au SARM ont diminué ces dernières années – cependant, le SARM reste un problème important. Aux États-Unis et en Europe, le nombre de décès dus aux infections à staphylocoques à SARM reste plus élevé chaque année que celui des décès dus à des virus graves comme le VIH.


Prévention et options de traitement naturel du SARM

1. Ne prenez des antibiotiques que lorsque c’est absolument nécessaire

Larésistance aux antibiotiques est désormais considérée comme un problème mondial urgent. Les antibiotiques ne doivent être pris que lorsqu’ils sont absolument nécessaires pour traiter une infection. Si une personne prend des antibiotiques fréquemment ou pendant de longues périodes, y compris pour traiter certaines infections à staphylocoques, elle court un risque plus élevé de développer un SARM. Les personnes âgées semblent être les plus exposées au risque de développer un SARM. La résistance aux antibiotiques peut toutefois toucher des personnes de tous âges et de tous pays, c’est pourquoi il est conseillé aux prestataires de soins de santé d’être très sélectifs quant au moment où ils prescrivent des antibiotiques aux patients malades.

2. Renforcez votre système immunitaire

La probabilité de développer n’importe quel type d’infection a beaucoup à voir avec l’immunité globale du patient contre les microbes. Certains aliments peuvent contribuer à renforcer votre système immunitaire contre les infections en améliorant la santé intestinale, en prévenant les carences et en réduisant les allergies.

Il s’agit notamment des aliments cicatrisants, comme le lait maternel chez les nourrissons, des aliments à forte teneur en antioxydants, des légumes et fruits crus, de l’ail, des herbes et épices fraîches, du poisson sauvage, des aliments probiotiques et de l’eau en abondance. Les aliments à éviter qui peuvent détériorer la santé intestinale, diminuer l’immunité et favoriser les allergies ou l’inflammation sont les aliments emballés et transformés, les allergènes alimentaires potentiels comme les produits laitiers conventionnels, le gluten, les crevettes et les arachides, les produits laitiers conventionnels, les graisses raffinées ou les aliments frits, et le sucre ajouté.

Certains suppléments peuvent également offrir une protection accrue, notamment l’huile de poisson oméga-3, le zinc, la vitamine C, l’échinacée, la vitamine D et les herbes antivirales pour l’immunité comme le calendula, le sureau et l’astragale.

3. Hygiène et lavage des mains

L’Organisation pour le financement de la recherche en santé et les CDC affirment tous deux que l’utilisation adéquate de savons et/ou de pommades tueurs de germes dans les établissements de soins de santé pourrait réduire les cas de SARM d’environ 40 %. La pratique d’une bonne hygiène et d’une bonne propreté à la maison en désinfectant régulièrement les surfaces et le linge partagés – en plus des hôpitaux, des maisons de soins infirmiers, des garderies et des écoles qui font de même – est l’un des meilleurs moyens d’empêcher que la situation actuelle des infections contagieuses au SARM ne s’aggrave.(4)

Voici quelques conseils pour réduire le risque de contracter une infection à staphylocoque :

  • Se laver les mains souvent. Il faut environ 20 à 30 secondes pour se laver correctement les mains avec un savon antibactérien naturel et de l’eau chaude. En prenant cette seule mesure chaque fois que vous quittez un hôpital, une crèche ou une maison de retraite, vous pouvez réduire considérablement votre risque de SARM ou d’infection à staphylocoque.
  • Utilisez des produits nettoyants dont il est prouvé qu’ils éliminent même la plupart des bactéries MRSA et staphylocoques, comme ceux approuvés par l’Agence de protection de l’environnement (EPA). Consultez cette liste de produits homologués par l’EPA et efficaces contre le SARM.
  • Lavez tous les tissus et le linge de maison (surtout s’ils sont partagés), et nettoyez et désinfectez régulièrement toutes les surfaces de travail à l’aide de produits de nettoyage et de détergents naturels.
  • Passez tout ustensile, équipement de cuisine ou de cuisson partagé au lave-vaisselle après utilisation ; prenez un bain après avoir visité une salle de sport ou un établissement de soins ; et évitez de partager des articles personnels, tels que des serviettes ou des rasoirs, qui peuvent transporter des fluides corporels.

4. Nettoyez et protégez les coupures

Si vous vous coupez les mains ou si vous percez une autre partie de la peau, le fait de laver la coupure et la zone affectée peut aider à éliminer le staphylocoque avant qu’il n’ait la possibilité de passer dans la circulation sanguine. Utilisez un produit antibactérien naturel pour vous laver les mains après être allé aux toilettes, avant et après avoir cuisiné, et lorsque vous quittez les lieux où la transmission est la plus courante, c’est-à-dire les écoles, les restaurants, les clubs de santé, les hôpitaux ou d’autres lieux publics à haut risque.

Essayez de garder les éraflures, les plaies ou les coupures cicatrisées propres et couvertes. Utilisez des sparadraps, des bandages ou un autre pansement donné par votre médecin, le cas échéant. N’arrachez pas les ampoules ou les croûtes ouvertes et évitez de toucher les coupures ouvertes d’autres personnes. Après l’opération, gardez toujours un œil sur l’incision et suivez les conseils de votre médecin concernant les procédures de nettoyage et de pansement. Si vous remarquez des signes tels que des rougeurs, des gonflements et des suintements, demandez à votre médecin d’examiner l’incision immédiatement afin de traiter toute infection avant qu’elle ne s’aggrave.

5. Conserver et manipuler correctement les aliments pour éviter toute contamination

L’intoxication alimentaire staphylococcique est très grave, parfois même mortelle chez les nourrissons, les personnes âgées et les patients souffrant d’autres maladies de longue durée. Pour éviter que le staphylocoque ne se propage par des aliments contaminés et ne provoque une intoxication alimentaire, veillez à ce que les employés des restaurants et les personnes qui manipulent vos aliments se lavent toujours soigneusement les mains pendant leur travail.(5)

À la maison, veillez à réfrigérer et à jeter correctement les aliments, y compris ceux qui sont les plus susceptibles d’être porteurs de bactéries, comme le lait et les fromages non pasteurisés (surtout s’ils restent longtemps à l’extérieur), les viandes transformées, les puddings ou les flans, et tout aliment préparé à l’aide d’un équipement contaminé. Si vous développez une intoxication alimentaire à staphylocoque, aidez à prévenir les complications dues à la déshydratation (qui peut survenir à la suite de vomissements ou de diarrhée) en consommant suffisamment de liquides, comme de l’eau de coco.

6. Traiter naturellement la douleur des éruptions cutanées et des articulations enflées

L’apparition de cloques gonflées et gluantes sur la peau est le symptôme le plus courant des infections au staphylocoque ou au SARM. Bien que cela puisse être tentant, n’essayez pas d’arracher ou de faire éclater les cloques sans l’aide d’un médecin. Pour traiter les éruptions cutanées, soulager la douleur des ampoules ou réduire le gonflement de la peau à la maison, vous pouvez essayer les conseils suivants :

  • Appuyez une compresse chaude sur l’éruption une ou deux fois par jour. Utilisez toujours une serviette ou un gant de toilette frais et propre, et veillez à ne pas partager la serviette avec quelqu’un d’autre par la suite. Ajoutez un peu d’eau chaude à la serviette ou passez brièvement une serviette humide au micro-ondes (évitez de rendre la compresse très chaude, ce qui peut aggraver la sensibilité de la peau). Appuyez la compresse sur les furoncles pendant environ 10 minutes à la fois. Cette même méthode fonctionne également pour soulager les raideurs articulaires causées par l’arthrite staphylococcique.
  • Prenez des douches ou des bains chauds. La chaleur peut ainsi aider à adoucir la peau, à réduire la tension musculaire et à diminuer le gonflement.
  • Si vous avez des zones enflées sur vos pieds ou le bas de vos jambes, essayez de les surélever pour réduire le flux sanguin et l’accumulation de liquide. Étirez très doucement les zones raides pour les empêcher de devenir encore plus raides, mais n’appliquez pas trop de pression sur les zones sensibles.
  • Ne portez pas de vêtements synthétiques et serrés. Cela peut aggraver l’irritation et l’accumulation de liquide. N’appliquez pas non plus de maquillage sur les ampoules, qui peuvent être porteuses de bactéries.
  • Évitez autant que possible les autres irritants cutanés pendant votre guérison, notamment les savons pour le corps, les détergents, les shampooings, les parfums et les lotions parfumés.
  • Bien qu’il soit préférable de demander l’avis de votre médecin, vous pouvez envisager d’utiliser des huiles essentielles antibactériennes naturelles en application locale, comme l’arbre à thé, la rose et la lavande, dont il a été démontré qu’elles réduisent les symptômes des éruptions cutanées. Si vous avez des articulations douloureuses, essayez les huiles essentielles pour l’arthrite. Combinez trois gouttes d’huiles essentielles antibactériennes avec une huile de support, comme l’huile de noix de coco, et appliquez sur la zone concernée une à trois fois par jour. Arrêtez toutefois d’utiliser les huiles essentielles si vous constatez une aggravation de l’irritation, de la sécheresse ou de la rougeur.

Symptômes et signes du SARM

Selon la partie du corps dans laquelle les bactéries staphylocoques s’installent, comme la peau ou les articulations, par exemple, les symptômes et la gravité des infections peuvent varier considérablement. Bien qu’il soit possible d’être porteur du SARM et de ne présenter aucun symptôme, la plupart des personnes qui entrent en contact avec cette bactérie développent des problèmes de santé en conséquence.

La peau, le plus grand organe du corps, est l’un des plus sensibles aux infections par staphylocoque et SARM. La plupart des personnes en bonne santé qui développent des infections à staphylocoque présentent des symptômes sur la peau avant tout. Heureusement, la plupart des infections cutanées à staphylocoque sont traitables et ne progressent pas, mais chez certains patients, c’est le cas. Les symptômes du SARM qui affectent la peau peuvent inclure :(6)

  • Le développement d’une éruption cutanée de petites bosses ou cloques rougeâtres. Plusieurs types d’éruptions cutanées peuvent être causés par des infections à staphylocoques. L’une d’elles, appelée impétigo, est contagieuse et provoque de grosses cloques. Une autre est appelée cellulite, qui se produit le plus souvent sur les jambes ou les pieds et provoque des plaques d’ulcères visibles. Enfin, le syndrome de la peau échaudée staphylococcique affecte les nourrissons ou les bébés, provoquant des cloques qui peuvent s’ouvrir pour exposer la peau à vif.
  • Les éruptions cutanées causées par le SARM peuvent ressembler à des boutons enflammés, être chaudes ou sensibles au toucher, produire des ulcères ouverts ou former des furoncles remplis de pus.
  • Certaines bosses forment une couche de croûte, deviennent blanches, s’ouvrent et libèrent du liquide, tandis que d’autres restent enflées, rouges et conduisent à des abcès remplis de pus.
  • Il est fréquent de développer une fièvre en même temps qu’une infection cutanée à staphylocoque.

Lorsque le SARM s’étend au-delà de la peau, pénètre plus profondément dans l’organisme et devient une infection transmissible par le sang, les symptômes peuvent être les suivants :

  • Des signes d’intoxication alimentaire, tels que nausées, vomissements, diarrhée, déshydratation et vertiges.
  • Les symptômes de la fièvre, notamment les frissons, la perte d’appétit, l’hypotension, les maux d’estomac ou les douleurs/faiblesses musculaires. Les fièvres peuvent devenir élevées et sévères dans certains cas.
  • Symptômes d’arthrite septique, notamment douleurs articulaires, gonflement et limitation de la fonctionnalité (en particulier au niveau des genoux).
  • Problèmes cardiaques, notamment endocardite, ou infection de la paroi interne du cœur. Les patients qui se remettent d’une chirurgie cardiaque et qui ont une valve cardiaque artificielle implantée sont les plus exposés au risque d’endocardite.(7)
  • Symptômes de pneumonie, une infection des poumons. Ils comprennent la toux, l’essoufflement et la difficulté à respirer.
  • Selon le CDC, dans les cas graves, le SARM peut entraîner le développement d’une septicémie, qui est une réaction potentiellement mortelle à une infection grave de l’organisme.

Causes et facteurs de risque du SARM

Les bactéries staphylocoques, y compris le SARM, sont contagieuses, et les recherches suggèrent que la majorité des infections sont causées par le contact peau à peau et/ou le partage d’objets personnels. Le SARM se propage par contact lorsque des bactéries provenant du corps d’une personne infectée pénètrent dans la peau ou le tractus gastro-intestinal d’un autre patient par une coupure ou une blessure ouverte (par exemple en partageant des articles personnels comme des rasoirs ou des serviettes) ou par des aliments contaminés.

Les facteurs de risque du SARM sont les suivants :

  • Les lieux où une personne est le plus susceptible d’être exposée au staphylocoque ou à la bactérie SARM, puis de développer une infection à staphylocoque, comprennent les hôpitaux ou les établissements de soins de santé, les maisons de soins infirmiers, les garderies, les installations sportives ou les clubs de santé, les terrains militaires et les universités.(8)
  • Tous ces milieux ont tendance à être quelque peu surpeuplés, les gens vivant dans des espaces restreints et partageant souvent des ustensiles de cuisine, des articles ménagers, du linge de maison ou du matériel de travail.
  • Un autre facteur de risque important pour le développement d’une infection au SARM est l’utilisation à long terme d’antibiotiques, qui modifient l’équilibre délicat entre les bonnes bactéries probiotiques et les mauvaises bactéries vivant dans le système immunitaire et diminuent donc la protection naturelle de l’organisme contre les microbes étrangers.
  • Enfin, d’autres facteurs peuvent diminuer l’immunité d’une personne contre les infections à staphylocoque, notamment le fait de souffrir d’un trouble auto-immun, de lutter activement contre une autre infection, de guérir d’une intervention chirurgicale, de prendre des médicaments qui suppriment le système immunitaire, de fumer des cigarettes ou d’abuser de drogues.


Traitement conventionnel des infections à staphylocoque et du SARM

La plupart des infections à staphylocoques mineures à modérées, en particulier celles qui touchent la peau, peuvent être traitées en ouvrant et en drainant la zone affectée, parfois en combinaison avec un traitement antibiotique. Toutefois, en raison des inquiétudes suscitées par les antibiotiques et la résistance aux antibiotiques, les médecins hésitent à prescrire ces médicaments, sauf en cas de nécessité absolue.

Lorsque des antibiotiques sont utilisés pour traiter les infections à staphylocoques, il peut s’agir de céphalosporines, de nafcilline, de sulfamides ou de vancomycine. Il a toutefois été démontré que le SARM est résistant à au moins plusieurs types d’antibiotiques. Le SARM est le type de staphylocoque résistant aux antibiotiques le plus répandu et provoque des infections graves chez des milliers de patients chaque année.

C’est précisément la raison pour laquelle il est désormais urgent d’empêcher le SARM de se propager dans le monde. Les scientifiques continuent d’explorer le traitement du SARM en utilisant différentes souches bactériennes, mais la prévention reste le meilleur outil dont nous disposons.


Précautions à prendre avec le traitement du SARM

Gardez à l’esprit que les patients ne sont pas toujours en mesure de déterminer s’ils ont une infection au staphylocoque ou au SARM simplement en observant les symptômes – par conséquent, demandez toujours l’avis d’un professionnel si vous remarquez des symptômes. Le SARM est très grave, voire mortel, et un traitement précoce est essentiel.

Le CDC prévient que le fait dedétecter les infections à un stade précoce et d’obtenir des soins immédiatement offre la meilleure chance au patient de contrôler l’infection, car une intervention à un stade précoce empêche les infections de devenir graves. Plutôt que d’essayer de traiter les infections par vous-même et de lutter contre les symptômes d’une éruption cutanée ou d’une fièvre, restez à la maison, ne touchez pas aux signes de l’infection (comme les cloques) et évitez les contacts étroits ou les échanges avec d’autres personnes jusqu’à ce que vous ayez obtenu un diagnostic et un plan de traitement appropriés.


Réflexions finales sur le traitement du SARM

  • Le SARM est un type de staphylocoque, une infection bactérienne causée par une bactérie commune appelée Staphylococcus. La plupart des infections à staphylocoque sont traitables, mais comme le SARM résiste à plusieurs types de traitements antibiotiques, il reste l’un des plus grands risques pour la santé publique.
  • Les symptômes d’une infection à staphylocoque MRSA peuvent devenir graves et sévères, notamment des éruptions cutanées sévères, des symptômes d’intoxication alimentaire, des lésions du cœur et des vaisseaux sanguins, des douleurs articulaires et des symptômes d’arthrite, une pneumonie et une septicémie.
  • La prévention est essentielle pour vaincre le SARM. Les conseils de prévention comprennent le renforcement de l’immunité par une alimentation saine, le lavage des mains, ainsi que le nettoyage et la désinfection réguliers de votre domicile et de votre lieu de travail.
  • Lorsqu’une infection survient, le traitement naturel du SARM pour aider à contrôler les symptômes de l’infection au staphylocoque inclut la réduction naturelle de la fièvre, le soulagement des douleurs articulaires par une chaleur douce et des étirements, la consommation de suppléments renforçant l’immunité et le traitement des éruptions cutanées avec des produits naturels et/ou des huiles essentielles.

Lire la suite : Staph Infection Symptoms, Causes & Natural Treatments

Retour haut de page