Symptômes des céphalées en grappe + Traitements naturels

Les maux de tête en grappe sont l’une des afflictions les plus douloureuses connues de l’humanité. Les personnes qui en souffrent ont décrit les céphalées en grappe comme un poignard brûlant que l’on enfonce dans l’œil et le cerveau. Des femmes ont même comparé la douleur des céphalées en grappe à celle de l’accouchement, tandis que des hommes ont déclaré que c’était la pire douleur qu’ils aient jamais ressentie.

Les céphalées en grappe impliquent une douleur intense et incessante dans ou autour d’un œil, d’un côté de la tête. Les symptômes peuvent parfois être confondus avec une migraine, mais il existe une différence majeure. Ce type de maux de tête se présente sous forme de schémas et se manifeste par des périodes de maux de tête en grappes, c’est-à-dire par des crises fréquentes qui durent généralement de six à douze semaines. Une période de grappes se termine généralement par une rémission, c’est-à-dire par l’absence de symptômes pendant des mois, voire des années.(1)

Bien que la douleur puisse être intense, les maux de tête en grappe sont rares et les symptômes peuvent être réduits ou soulagés grâce à un mélange de médicaments conventionnels et naturels. remèdes contre les maux de tête.(2) Découvrez mes traitements naturels les plus efficaces, ainsi que les symptômes des céphalées en grappe et leur différence par rapport à une migraine ou à un mal de tête. maux de tête de tension.


Traitements naturels des céphalées en grappe

Suppléments et remèdes naturels

1. Magnésium

Les personnes qui souffrent de céphalées en grappe ont généralement un faible taux de magnésium dans le sang et peuvent bénéficier d’une supplémentation en magnésium ou d’injections. Des essais préliminaires montrent que les injections intraveineuses de magnésium peuvent soulager une crise de céphalée en grappe, et une carence en magnésium peut provoquer des états exaspérés.(3)

Pour soulager les symptômes des céphalées en grappe et réduire les crises, prenez 400 milligrammes de magnésium trois fois par jour, en prenant une capsule avant le coucher car les crises sont plus fréquentes au milieu de la nuit. La consommation d’aliments riches en magnésium comme les épinards, les blettes, les graines de citrouille, le yaourt, les amandes, les haricots noirs, les avocats et les bananes peut également être utile.

2. La vitamine B2

Lavitamine B2 peut diminuer la gravité et la fréquence des céphalées en grappe. Il s’agit d’une vitamine importante qui agit également comme antioxydant dans l’organisme, en maintenant des cellules sanguines saines et en stimulant les niveaux d’énergie.

Une carence en vitamine B2 peut entraîner des lésions nerveuses et une inflammation, deux conditions susceptibles d’augmenter l’intensité des céphalées en grappe. Dans une étude publiée en 2004 dans l’European Journal of Neurology, les patients qui ont reçu 400 milligrammes de capsules de vitamine B2 par jour ont subi moins de crises de maux de tête qu’avant la supplémentation.(4)

3. Extrait de Kudzu

L’extrait dekudzu provient d’une vigne semi-ligneuse, pérenne et légumineuse, originaire d’Asie du Sud-Est. Depuis plus de 2 000 ans, le kudzu est utilisé comme traitement à base de plantes pour la fièvre, la dysenterie aiguë, la diarrhée, le diabète et les maladies cardiovasculaires. Plus de 70 substances phytochimiques ou phytonutriments ont été identifiés dans la racine de kudzu, les principaux constituants étant les isoflavonoïdes et les triterpénoïdes.(5)

En 2009, des patients souffrant de céphalées en grappe ont été interrogés sur leur utilisation de divers remèdes alternatifs. Sur les 235 patients identifiés, 16 avaient utilisé le kudzu, ils ont consenti à être interrogés et ont fourni leur dossier médical. Onze (69 %) ont constaté une diminution de l’intensité des crises, neuf (56 %) une diminution de la fréquence et cinq (31 %) une diminution de la durée, le tout avec des effets secondaires minimes.(6)

4. La mélatonine

Lamélatonine est utilisée comme thérapie d’appoint chez les patients souffrant de céphalées en grappe qui ne sont pas complètement soulagés par les traitements conventionnels. On a constaté que les niveaux de mélatonine étaient réduits chez les patients souffrant de céphalées en grappe, et qu’un manque de sécrétion de mélatonine pouvait prédisposer le patient à des crises de céphalées.

Certaines études ont montré qu’un traitement à la mélatonine peut soulager rapidement les crises de céphalées en grappe, mais uniquement chez les patients souffrant de céphalées en grappe épisodiques. Dans les études qui n’ont montré aucun résultat après le traitement, les chercheurs ont suggéré que la mélatonine soit utilisée avant le début de la période des céphalées en grappe pour obtenir les meilleurs résultats.(7)

5. Crème à la capsaïcine

Appliquez une petite quantité de crème à la capsaïcine à l’intérieur de votre narine (du côté où se trouve la douleur). Le principal ingrédient de la crème à la capsaïcine est le poivre de Cayenne, qui agit en bloquant les signaux nerveux de la douleur.

Une étude publiée dans le Clinical Journal of Pain indique que l’application de capsaïcine a réduit le nombre de crises de maux de tête dans les 60 jours suivant la fin du traitement. Pour certaines personnes, l’application de la crème à la capsaïcine à l’intérieur de la narine peut provoquer une sensation douloureuse temporaire, des éternuements et des sécrétions nasales – cependant, comme l’indiquent les résultats, elle peut aider à remédier aux céphalées en grappe.(8)

6. Champignons psilocybines

Ces champignons psychédéliques peuvent sembler être un traitement naturel étrange pour des céphalées en grappe incroyablement douloureuses, mais de nombreux malades se tournent vers les champignons psilocybines pour obtenir un soulagement lorsque rien d’autre n’a fonctionné. La psilocybine est un hallucinogène classique, et des études de cas suggèrent qu’elle pourrait être efficace pour le traitement des céphalées en grappe.

Une étude menée par la Harvard Medical School a analysé les effets des champignons psilocybines sur les patients souffrant de maux de tête. Sur les 26 participants, 22 ont rapporté que les champignons avaient fait avorter les crises de céphalées en grappe, 25 sur 48 ont signalé la fin de la période de céphalées en grappe, et 18 ou 19 utilisateurs ont indiqué que la période de rémission avait été prolongée après le traitement à la psilocybine. Ces rapports suggèrent que des recherches supplémentaires sur les effets des doses de psilocybine sur les céphalées en grappe pourraient être justifiées.(9)

Mode de vie

7. Sortir en plein air

Les personnes souffrant de céphalées en grappe constatent un soulagement des symptômes après avoir reçu de l’oxygène pendant une crise. Cela peut se faire naturellement en sortant à l’extérieur et en respirant profondément de l’air frais.

8. Faites de l’exercice

L’exercice quotidien peut réduire le stress et stimuler la circulation sanguine. Entre les crises de maux de tête et en période de rémission, faites une longue randonnée, suivez un cours de yoga ou pratiquez l’entraînement par intervalles. Il est prouvé que cela aide à soulager les symptômes des maux de tête, ce qui ajoute le soulagement des céphalées en grappe à la longue liste des avantages de l’exercice physique. Les bienfaits de l’exercice.(10)

9. Exercices de respiration

Une respiration profonde et rythmée permet d’apporter plus d’oxygène au cerveau, ce qui soulage la douleur lors des crises de maux de tête et laisse le corps en paix. C’est ce qui fait du yoga une activité idéale pour les personnes souffrant de maux de tête. On a constaté que ses exercices physiques combinés à des exercices de respiration atténuaient les symptômes des maux de tête.(11)

10. Respectez un horaire de sommeil régulier

Il est important que les personnes souffrant de céphalées en grappe respectent un horaire de sommeil régulier. Les épisodes de céphalées en grappe peuvent en fait commencer lorsqu’il y a des changements dans votre routine de sommeil normale, il est donc utile de rester cohérent.(12) Si vous ne peut pas dormirFaites donc tout ce que vous pouvez pour avoir un horaire de sommeil régulier et de qualité.

11. Utilisez l’huile essentielle de menthe poivrée

L’huile de menthe po ivrée est connue pour soulager les maux de tête, stimuler l’énergie, libérer les muscles tendus et améliorer la concentration mentale. Avant et pendant une crise de céphalée en grappe, appliquez deux à trois gouttes d’huile de menthe poivrée sur les tempes, la nuque et la plante des pieds.(13)

12. Buvez du thé au gingembre

Un ingrédient bioactif du gingembre, appelé gingérol, présente des avantages thérapeutiques. Il agit comme un antioxydant et un agent anti-inflammatoire très puissant. Il réduit également la douleur en agissant sur les récepteurs vanilloïdes et soulage les nausées, qui peuvent être un symptôme des crises intenses de céphalées en grappe. Buvez du thé au gingembre une à deux fois par jour pour soulager les symptômes des céphalées en grappe.(14)

13. Évitez l’alcool et le tabac

La consommation d’alcool et de tabac peut augmenter la fréquence des crises de céphalées en grappe et aggraver la douleur.(15) Si vous souffrez de céphalées en grappe, évitez de consommer de l’alcool et du tabac, surtout pendant une période de céphalées en grappe.


Maux de tête en grappe et migraines

Compte tenu de la douleur intense et souvent débilitante qui leur est associée, les céphalées en grappe et les migraines peuvent être difficiles à distinguer au premier abord. Cependant, il existe plusieurs façons de faire la différence entre ces types de maux de tête, par exemple :(16)

  • Les céphalées en grappe sont généralement plus intenses que les migraines, mais elles ne durent pas aussi longtemps.
  • Les personnes subissent une à huit crises de céphalées en grappe en une journée, alors que les migraines surviennent généralement une à dix fois par mois.
  • Les crises de céphalées en grappe durent de 15 à 180 minutes, tandis que les crises de migraine durent de quatre à 72 heures.
  • Les céphalées en grappe sont toujours unilatérales et localisées autour de l’œil, alors que les migraines peuvent être unilatérales ou bilatérales et s’accompagnent de nausées et de changements visuels.
  • Les céphalées en grappe touchent principalement les hommes, tandis que les migraines touchent principalement les femmes.
  • Les personnes souffrant de céphalées en grappe semblent agitées jusqu’à ce que la douleur passe, alors que les migraineux préfèrent se reposer dans une pièce sombre jusqu’à ce que la douleur passe.


Symptômes des céphalées en grappe

La durée des céphalées en grappe diffère d’une personne à l’autre : 80 à 90 % des personnes qui en souffrent connaissent une période de céphalées en grappe qui dure plusieurs semaines, puis une période de rémission d’un an, pendant laquelle elles ne ressentent aucun symptôme. Les épisodes de céphalées en grappe chroniques, qui surviennent chez environ 20 % des personnes, peuvent durer plus d’un an, avec une courte période de rémission.

Une seule crise de céphalée en grappe dure généralement entre 15 minutes et trois heures. Au cours d’une période de céphalées en grappe, le mal de tête survient à peu près au même moment chaque jour, généralement le soir, quelques heures après s’être couché.

Le fait de s’allonger pendant une crise de céphalée en grappe semble aggraver les conditions, de sorte que les personnes sont réveillées pendant les crises nocturnes et semblent agitées, faisant les cent pas ou restant assises pendant une crise. Certaines personnes ressentent également de l’agitation, des changements dans le rythme cardiaque et la pression artérielle, et une sensibilité à la lumière, au son ou à l’odeur. Il existe également des crises diurnes, parfois une à trois par jour, mais elles sont généralement moins graves que les crises nocturnes.

Une crise dure généralement entre 15 et 180 minutes, puis elle se termine aussi rapidement qu’elle a commencé. Bien que la douleur du mal de tête en grappe se termine soudainement, la personne se sent épuisée et faible par la suite. (17)

Voici les symptômes les plus courants des céphalées en grappe :

  • Une douleur atroce, presque toujours unilatérale, située derrière ou dans la région de l’œil et irradiant vers le front, la tempe, le nez, la joue ou la gencive supérieure du côté affecté.
  • Une douleur constante pendant la crise, décrite comme une brûlure, un élancement ou un perçage.
  • Une douleur qui dure de 15 minutes à trois heures – une crise se produit généralement une à trois fois par jour, généralement à la même heure chaque jour, c’est pourquoi on les appelle parfois « maux de tête du réveil ».

Quelles sont les causes des céphalées en grappe ?

Les céphalées en grappe sont rares, puisqu’elles ne touchent que moins d’une personne sur 1 000, et les enquêtes menées auprès de la population suggèrent qu’il existe un retard de diagnostic considérable d’environ sept ans. Les céphalées en grappe se produisent principalement chez les hommes, avec un rapport de 9:1 entre les hommes et les femmes. Elles se manifestent généralement entre 20 et 50 ans, mais elles peuvent apparaître à tout âge. Les fumeurs ont tendance à souffrir de céphalées en grappe plus souvent que les non-fumeurs. (18)

Le mal de tête survient lorsque la voie nerveuse située à la base du cerveau, appelée voie du réflexe trigémino-autonomique, est activée. Ce nerf principal est responsable des sensations au niveau du visage. Lorsqu’il est activé, il provoque une douleur oculaire, symptôme majeur des céphalées en grappe. Le nerf trijumeau activé stimule également un autre groupe de nerfs à l’origine d’autres symptômes des céphalées en grappe, comme le larmoiement et la rougeur des yeux, la congestion nasale et l’écoulement nasal.

Les céphalées en grappe ne sont pas causées par une affection cérébrale sous-jacente, comme une tumeur ou un anévrisme, mais elles semblent provenir du système nerveux central. hypothalamusL’hypothalamus, une section du cerveau qui régit les fonctions physiologiques, telles que la température, la régulation, la soif, la faim, le sommeil, l’humeur, la libido et la libération d’hormones dans le corps. Des études récentes ont montré que l’hypothalamus est stimulé lors d’une attaque en grappe.

Une étude menée en 2013 en Chine a détecté des augmentations significatives de la corrélation fonctionnelle à l’hypothalamus droit chez les patients souffrant de maux de tête en grappe pendant les périodes de « crise » par rapport à ceux pendant les périodes « hors crise ». Les chercheurs ont conclu que les patients souffrant de céphalées en grappe présentent un dysfonctionnement de la connectivité des fonctions cérébrales, principalement dans les régions du cerveau liées au traitement de la douleur. (19)

Les céphalées en grappe sont souvent confondues avec des allergies car elles ont tendance à se produire au printemps et à l’automne, ce qui suggère que l’hypothalamus joue un rôle dans cette affection. Selon certains chercheurs, l’augmentation du risque familial suggère que les céphalées en grappe ont également une composante génétique dans certaines familles. (20)


Traitement conventionnel des céphalées en grappe

Il n’existe pas de traitement curatif des céphalées en grappe. Les traitements sont donc utilisés pour soulager les symptômes et prévenir les crises futures. Voici une brève explication des traitements conventionnels les plus courants des céphalées en grappe :

1. Stimulation cérébrale profonde de l’hypothalamus

Des tests ayant montré que l’hypothalamus postérieur est activé pendant les crises de céphalées en grappe, la stimulation de l’hypothalamus postérieur ipsilatéral est utilisée pour contrer cette hyperactivité et prévenir les céphalées en grappe réfractaires.

La stimulation hypothalamique s’est avérée efficace pour prévenir les crises chez plus de 60 % des 58 patients souffrant de céphalées en grappe chroniques, résistants aux médicaments et ayant reçu un implant hypothalamique. L’étude, publiée dans Therapeutic Advances in Neurological Disorders, indique que la procédure d’implantation s’est généralement avérée sûre, bien qu’elle comporte un petit risque d’hémorragie cérébrale. (21)

2. Le vérapamil

Un essai clinique a révélé que 360 milligrammes par jour de vérapamil étaient supérieurs au placebo. Dans la pratique clinique, on utilise le plus souvent des doses quotidiennes de 480 à 720 milligrammes, ce qui peut représenter le double de la dose utilisée en cardiologie. (22) Bien que le vérapamil soit le médicament le plus couramment prescrit pour les céphalées en grappe, le méthysergide, le lithium et le divalproex sodium peuvent également être utilisés.

3. Corticostéroïdes

Corticostéroïdes sont souvent connus sous le nom de stéroïdes, des médicaments anti-inflammatoires qui sont prescrits pour un large éventail d’affections, notamment les articulations douloureuses et enflammées, les maladies inflammatoires de l’intestin, la maladie de Crohn et les maladies pulmonaires obstructives chroniques. Les corticostéroïdes sont utilisés pour remplacer certaines hormones qui ne sont pas produites naturellement par l’organisme, et ils sont utilisés dans le traitement des céphalées en grappe depuis 50 ans.

Les chercheurs pensent que les corticostéroïdes sont efficaces dans le traitement des céphalées en grappe parce qu’ils agissent sur l’inflammation, les systèmes hypothalamo-hypophyso-surrénalien, histaminergique et opioïde. L’inconvénient de l’utilisation des corticostéroïdes dans le traitement des céphalées en grappe est qu’une dose élevée est nécessaire, ce qui pose des problèmes de sécurité. C’est pourquoi ce type de médicament ne doit pas être utilisé pendant plus de quatre semaines d’affilée. Les effets secondaires possibles des corticostéroïdes comprennent une peau amincie qui se meurtrit facilement, un risque accru d’infection, des changements d’humeur, le diabète, l’hypertension artérielle, l’ostéoporose et des symptômes de sevrage. (23)

4. Blocages des nerfs occipitaux

Un blocage du nerf occipital est une injection d’un stéroïde autour des nerfs occipitaux qui sont situés à l’arrière de la tête, juste à côté de la zone du cou. Les nerfs occipitaux procurent des sensations, y compris la douleur, à une bonne partie de l’arrière et du dessus de la tête.(24)

Le stéroïde injecté réduit l’inflammation et le gonflement des tissus autour des nerfs occipitaux, ce qui contribue à réduire la douleur des maux de tête. L’injection doit être effectuée dans une clinique de soins de santé ou dans le cabinet d’un médecin ; elle commence généralement à agir en trois à cinq heures, et son effet peut durer de plusieurs jours à quelques mois. L’effet secondaire le plus courant du blocage du nerf occipital est la douleur à l’endroit de l’injection. Parmi les effets secondaires peu fréquents figurent l’infection, les saignements et l’aggravation des symptômes.

Les avis sont partagés quant à l’efficacité des blocs du nerf occipital. Une étude menée en 2005 en Allemagne a révélé que les injections n’étaient pas efficaces dans le traitement des céphalées de tension chroniques. (25) Une autre analyse publiée dans Current Pain and Headache Reports mentionne que certaines études ont donné des résultats positifs, mais que peu d’entre elles étaient contrôlées et en aveugle, de sorte que des recherches supplémentaires sont nécessaires. (26)

5. Sumatriptan

Sumatriptan est généralement utilisé dans le traitement des migraines. Il s’agit d’une classe de médicaments appelés agonistes sélectifs des récepteurs de la sérotonine. Le sumatriptan rétrécit les vaisseaux sanguins de la tête, empêchant les signaux de douleur d’être envoyés au cerveau et bloquant la libération de substances qui provoquent les symptômes des maux de tête.

Le sumatriptan ne prévient pas les crises de maux de tête et ne réduit pas leur nombre ; il ne fait que soulager les symptômes. Il peut provoquer des effets secondaires, notamment de la somnolence, de la faiblesse, des étourdissements, des maux d’estomac, de la diarrhée, des nausées et des crampes musculaires.

La plupart des études suggèrent que le sumatriptan est efficace pour le traitement d’un seul mal de tête aigu ou d’une seule crise de migraine. Pour traiter les céphalées en grappe, il faudrait prendre le médicament à chaque crise, ce qui peut aller jusqu’à huit fois par jour. (27)


À retenir sur les céphalées en grappe

  • Les céphalées en grappe ne touchent qu’une personne sur 1 000. Bien qu’elles soient rares, elles peuvent être graves pour les personnes qui en souffrent, car la douleur est continue et atroce.
  • Il existe un certain nombre de traitements conventionnels des céphalées en grappe ; ils visent principalement à réduire la douleur et la fréquence des crises de céphalées en grappe.
  • Certains remèdes naturels, comme les suppléments de magnésium et de vitamine B2, la crème à la capsaïcine et la mélatonine, se sont avérés efficaces contre les céphalées en grappe. Ils n’arrêtent pas complètement les crises, mais ils soulagent la douleur et la fréquence des crises.
  • Certaines modifications simples du mode de vie peuvent contribuer à réduire les symptômes des céphalées en grappe, notamment des exercices de respiration profonde, l’évitement de l’alcool et du tabac, et l’utilisation d’huile de menthe poivrée avant et pendant les crises.

Lire la suite : How Diet & Posture Can Stop the Tension Headache

Retour haut de page