Douleurs pelviennes : 8 traitements naturels pour vous soulager

La plupart des gens ont connu des douleurs pelviennes à un moment ou à un autre de leur vie. Il peut s’agir d’un symptôme de la constipation ou du syndrome prémenstruel, et cela peut ne se produire que de temps en temps. Mais pour certaines personnes, il s’agit d’une affection chronique qui les empêche d’accomplir des activités courantes comme marcher, soulever des objets, aller aux toilettes ou avoir des rapports sexuels.

Selon une étude publiée dans Pain Physician, la prévalence mondiale des douleurs pelviennes varie entre 5,7 et 26,6 %. Bien que les douleurs du plancher pelvien soient courantes chez les femmes souffrant d’affections gynécologiques, elles peuvent également être un problème pour les hommes qui sont aux prises avec des problèmes digestifs, neurologiques, squelettiques, prostatiques ou inflammatoires. La douleur pelvienne peut également être un symptôme de traumatisme, de stress chronique et de problèmes de santé mentale.(1)

La vérité est que deux tiers des patients souffrant de douleurs pelviennes chroniques n’ont pas reçu de diagnostic définitif, ce qui peut être extrêmement difficile et frustrant. Pour de nombreuses personnes, l’incapacité à poser un diagnostic clair entraîne également un manque de progrès dans la prise en charge de cette affection. Mais connaître les causes possibles des douleurs pelviennes peut vous aider à distinguer le coupable et à obtenir de l’aide pour que ces douleurs appartiennent au passé.


Qu’est-ce qu’une douleur pelvienne ?

Votre bassin est situé sous votre nombril et au-dessus de vos hanches et de vos cuisses. La région pelvienne comprend les os de la hanche, le sacrum et le coccyx. Les personnes souffrant de douleurs pelviennes peuvent ressentir une sensation de tir, de coup de poignard ou de douleur n’importe où dans la région pelvienne. Chez certaines personnes, la douleur commence dans une autre partie du corps, comme les cuisses ou le bas du dos. Elle se propage ensuite au pelvis.

Comme la douleur pelvienne peut être causée par un certain nombre de problèmes de santé, il n’y a pas qu’une seule façon de la décrire. Comme les organes reproducteurs de la femme se trouvent dans la région pelvienne, la douleur pelvienne est plus fréquente chez les femmes et elle est souvent causée par un problème gynécologique. Mais il existe aussi des causes générales de douleur dans la région pelvienne qui peuvent toucher les hommes, les femmes et même les enfants.


Signes et symptômes

La douleur pelvienne est un symptôme et non une maladie. Il s’agit d’une douleur continue ou intermittente qui se manifeste dans la région pelvienne ou le bas de l’abdomen et qui entraîne une limitation des activités quotidiennes ou une diminution de la qualité de vie.(2)

Les symptômes de la douleur du plancher pelvien varient d’un patient à l’autre. Certains ressentent une douleur intense, tandis que d’autres la décrivent comme une douleur légère. Chez certains hommes et femmes, la douleur pelvienne peut être si intense qu’elle interfère avec leur capacité à s’engager dans des activités normales, comme faire de l’exercice, travailler, marcher, soulever des objets ou avoir des rapports sexuels.(3)

La localisation de la douleur peut également varier. La douleur pelvienne peut être aiguë et lancinante et toucher un endroit particulier de la région pelvienne. Il peut aussi s’agir d’une douleur sourde ou légère qui s’étend ou irradie même vers les cuisses et les jambes.

La douleur pelvienne est souvent associée à d’autres problèmes, tels que des symptômes urinaires, un dysfonctionnement sexuel ou des règles douloureuses.


Causes et facteurs de risque

Il existe de nombreuses causes possibles de douleurs pelviennes, tant pour les hommes que pour les femmes. Elles peuvent être causées par une infection, un problème au niveau des organes internes non reproducteurs, comme le côlon ou la vessie, ou, pour les femmes, un problème au niveau d’un organe reproducteur. Voici un récapitulatif des causes les plus courantes des douleurs pelviennes :

Causes générales

  • Constipation: La constipation peut provoquer des douleurs pelviennes en raison de la pression et du ballonnement de l’abdomen. De nombreux facteurs sont à l’origine de la constipation, notamment une mauvaise alimentation, le stress, les problèmes hormonaux, un déséquilibre de la flore intestinale, une carence en magnésium et l’inactivité. L’utilisation de remèdes naturels pour soulager la constipation peut aider à réduire les douleurs pelviennes dans ces cas.
  • Lesyndrome du côlon irritable: Le syndrome du côlon irritable est un trouble digestif qui peut provoquer des crampes, des courbatures et des douleurs dans l’abdomen et la région pelvienne. Les personnes présentant les symptômes du SCI sont généralement soulagées après être allées aux toilettes normalement pendant plusieurs jours d’affilée. Cependant, les douleurs pelviennes causées par le SCI peuvent être récurrentes. Il s’agit généralement d’un ensemble de symptômes (constipation, diarrhée, ballonnements et gaz) qui se manifestent simultanément.
  • Troubles de la vessie: Lorsque la vessie s’enflamme, cela peut créer des douleurs dans le bas de l’abdomen et la zone pelvienne. La cystite interstitielle, un problème chronique de la vessie qui provoque des symptômes d’infection urinaire, peut être à l’origine de ces douleurs. Outre les douleurs pelviennes, les personnes souffrant de troubles de la vessie tels que interstitial cystitis (également appelé syndrome de la douleur vésicale) peuvent également ressentir des douleurs vésicales qui s’aggravent lorsque la vessie se remplit, des douleurs dans le bas du dos et l’abdomen, des mictions fréquentes et une envie constante d’uriner.(4)
  • Problèmes rénaux: Les problèmes rénaux, comme une infection ou des calculs rénaux, peuvent entraîner des douleurs pelviennes. Les calculs rénaux, par exemple, peuvent provoquer des douleurs dans le bas du dos qui se propagent sous les reins, dans l’aine, la région pelvienne et les cuisses.
  • Hernie: Une hernie, qui est une ouverture ou un défaut anormal permettant aux organes ou aux tissus de faire saillie, peut provoquer des douleurs pelviennes aiguës, fulgurantes et irradiantes. La localisation de la douleur dépend de l’emplacement de la hernie. Ainsi, les personnes atteintes d’une hernie du plancher pelvien sont susceptibles de ressentir une douleur du plancher pelvien. Ce type de hernie est plus fréquent chez les femmes, car elles ont une entrée pelvienne plus large et subissent des contraintes dans cette zone, comme la grossesse, le travail et l’accouchement.(5)
  • Douleur psychogène: Les recherches montrent que les douleurs chroniques du bassin peuvent être associées à des antécédents de traumatisme sexuel. La douleur psychogène consiste à comprendre que des émotions et des peurs fortes peuvent provoquer des douleurs prolongées, voire chroniques. Lorsque toutes les causes de la douleur sont écartées par un professionnel de la santé, la douleur peut être attribuée à l’état émotionnel du patient ou à des expériences traumatiques passées. Dans ces cas, la psychothérapie et le conseil peuvent être extrêmement bénéfiques.(6)

Causes chez les femmes

La douleur pelvienne chez les femmes peut être causée par des conditions gynécologiques ou une inflammation. Pour de nombreuses femmes, la douleur pelvienne est le résultat d’un problème avec l’un des organes de la zone pelvienne, comme le vagin, le col de l’utérus, les trompes de Fallope, les ovaires ou l’utérus. Il est également possible que la douleur pelvienne soit le résultat de deux conditions ou problèmes simultanés. Voici quelques-unes des conditions qui peuvent entraîner des douleurs pelviennes :(7)

  • Endométriose: L’endométriose est une affection dans laquelle l’endomètre, la muqueuse interne de l’utérus qui est composée de membranes muqueuses, se développe à l’extérieur de l’utérus et ne peut pas passer par le vagin pendant les menstruations. Lorsque le tissu de la muqueuse se développe et s’épaissit, il peut provoquer des symptômes d’endométriose tels que des douleurs pelviennes, des douleurs lombaires, des inflammations, des règles douloureuses, des ballonnements et des douleurs digestives.(8)
  • Fibromes: Les fibromes sont des tumeurs non cancéreuses qui se trouvent dans les parois utérines. Les recherches montrent que 40 à 80 % des femmes en âge de procréer souffrent de fibromes. Et l’un des symptômes les plus courants des fibromes est la douleur ou la pression pelvienne. D’autres symptômes comprennent des ballonnements ou une sensation de plénitude dans la région pelvienne, des douleurs lors des rapports sexuels et des saignements menstruels abondants.(9)
  • Maladie inflammatoire pelvienne: Maladie inflammatoire pelvienne est une infection des organes reproducteurs de la femme qui est souvent causée par une maladie sexuellement transmissible, comme la chlamydia ou la gonorrhée. Les symptômes courants de la maladie inflammatoire pelvienne sont des douleurs pelviennes, des douleurs ou des saignements pendant les rapports sexuels, une sensation de brûlure en urinant, des saignements entre les règles, des pertes vaginales inhabituelles et de la fièvre.(10)
  • Kystes ovariens: Les kystes ovariens sont des sacs remplis de liquide dans ou sur la surface d’un ovaire. La plupart des kystes ovariens sont inoffensifs et ne causent pas de gêne. Mais les femmes souffrant d’un gros kyste ovarien peuvent ressentir une douleur pelvienne sourde ou aiguë du côté du corps où se trouve le kyste.
  • Lesyndrome du reliquat ovarien: Le syndrome du reliquat ovarien survient lorsqu’il reste du tissu ovarien après une ovariectomie, une intervention chirurgicale qui consiste à enlever les deux ovaires et les trompes de Fallope. Le symptôme le plus courant du syndrome du reliquat ovarien est la douleur pelvienne chronique, accompagnée de douleurs à la miction, aux selles et aux rapports sexuels.(11)
  • Fausse couche: Les symptômes les plus courants de la miscarriage sont des saignements vaginaux et des crampes dans le bas-ventre, qui peuvent ressembler à des douleurs dans l’utérus. Certaines femmes ressentent également des douleurs pelviennes, de la diarrhée, des douleurs en allant aux toilettes et une sensation d’évanouissement. Les femmes qui ressentent des douleurs pelviennes intenses pendant leur grossesse doivent le signaler immédiatement à leur médecin.
  • Crampes menstruelles: Certaines femmes ressentent des douleurs pelviennes pendant leurs règles, appelées dysménorrhée. Elle peut être causée par les contractions musculaires de l’utérus. Une autre cause possible des crampes douloureuses et des douleurs pelviennes pendant les menstruations est une affection sous-jacente, comme les fibromes, l’endométriose et les maladies inflammatoires pelviennes. Ces affections modifient les niveaux d’hormones, provoquent une inflammation et exercent une pression sur l’utérus. Il est également possible de ressentir des douleurs pelviennes dans le cadre des symptômes du syndrome prémenstruel, qui peuvent être causés ou intensifiés par des déséquilibres hormonaux, le stress, l’anxiété ou la dépression, l’obésité et le manque d’exercice.(12)

Causes chez les hommes

Outre les causes générales des douleurs pelviennes, les hommes peuvent ressentir des douleurs dans la région pelvienne en raison de problèmes liés à la prostate. Voici l’une des causes les plus courantes de douleurs pelviennes chez les hommes :

  • Prostatite: Les causes de douleurs pelviennes que l’on retrouve parfois chez les hommes sont des problèmes de prostate. Prostatite La prostatite est un problème urologique courant qui est causé par une infection ou une inflammation de la prostate. Cela peut provoquer des douleurs dans la région de la vessie, du bassin, de l’anus et de l’abdomen. Les autres symptômes de la prostatite comprennent une miction douloureuse, un besoin urgent d’uriner et une éjaculation douloureuse.(13)

Traitement conventionnel

Le traitement de la douleur pelvienne dépend de la cause de la douleur. Avant de pouvoir traiter la douleur pelvienne, votre médecin ou prestataire de soins de santé effectuera probablement des tests médicaux afin de déterminer la cause de la douleur. Ces tests peuvent inclure des analyses de laboratoire, une échographie pelvienne, une IRM pelvienne, une laparoscopie pelvienne, une cystoscopie et une coloscopie. Ces examens permettront à votre médecin d’examiner de plus près les organes de la région pelvienne afin qu’il puisse déterminer si des problèmes visibles peuvent être à l’origine de la douleur.(14)

La recherche suggère que certains médicaments potentiellement bénéfiques pour la douleur pelvienne comprennent les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), les relaxants musculaires et l’hormonothérapie. Pour les femmes souffrant de douleurs pelviennes associées à l’endométriose ou aux menstruations, les traitements hormonaux tels que les pilules contraceptives, les injections d’hormone de libération de gonadotrophine ou les dispositifs intra-utérins de libération de progestérone sont couramment prescrits.(15, 16)

En cas de douleurs pelviennes chroniques sévères, une intervention chirurgicale peut être nécessaire. Les procédures chirurgicales dépendent entièrement de la cause de la douleur pelvienne, mais certains problèmes de santé courants qui peuvent être traités par la chirurgie sont les fibromes, l’endométriose et les adhérences. L’hystérectomie, qui consiste à retirer l’utérus d’une femme, est également une option chirurgicale pour les cas très graves de douleurs pelviennes.


8 traitements naturels pour les douleurs pelviennes

1. Soins chiropratiques

Une étude de cas de 2015 publiée dans The Journal of the Canadian Chiropractic Association a révélé que les soins chiropratiques étaient efficaces pour réduire les douleurs pelviennes associées à la diatase de la symphyse pubienne. Cela se produit lorsque les os du pubis sont séparés ou disloqués. Dans l’étude, une femme de 30 ans a signalé une douleur pelvienne intense sept jours après l’accouchement. Il s’agissait d’une douleur constante et sourde dans la région pelvienne, qui devenait parfois intense. La femme a déclaré que la douleur l’empêchait de marcher et de lever l’une ou l’autre de ses jambes. Elle ressentait également une douleur dans le bas du dos qui irradiait vers les deux cuisses.

Des ajustements chiropratiques à faible force ont été effectués sur plusieurs parties du corps de la femme, notamment le bas du dos, le sacrum et les os de la hanche. Les points de déclenchement ont été identifiés et une compression manuelle a été appliquée pour réduire la sensibilité. La femme a également reçu des instructions sur les exercices thérapeutiques de stabilisation, notamment les Kegels, l’inclinaison et le pont pelviens et l’utilisation d’une balle de stabilité. Sa douleur pelvienne s’est immédiatement améliorée. Après six semaines de soins chiropratiques, elle a signalé une amélioration fonctionnelle progressive et une réduction de ses difficultés à se lever, à marcher, à monter les escaliers et à se coucher sur le côté.(17)

2. Thérapie physique du plancher pelvien

La physiothérapie peut aider à soulager les douleurs musculaires et les douleurs du tissu conjonctif. Elle peut également aider les personnes souffrant de douleurs pelviennes à apprendre à renforcer, étirer, détendre et contrôler leurs muscles pelviens. Certains exercices du plancher pelvien peuvent contribuer à réduire la douleur dans la région en soutenant les muscles pelviens, notamment la vessie, les intestins et l’utérus. La grossesse, l’accouchement, l’obésité, le soulèvement d’objets lourds et la toux chronique sont autant de facteurs qui affaiblissent les muscles du plancher pelvien.

Si vos douleurs pelviennes peuvent être causées par un affaiblissement des muscles pelviens, essayez de faire des exercices de Kegel. Il s’agit de contracter les muscles pelviens pendant 10 secondes, puis de les relâcher pendant 10 secondes. Répétez cette série 10 fois. S’accroupir et faire la pose du pont peut également être bénéfique.(18)

3. Thérapie par rétroaction biologique

Le biofeedback est un type de programme d’entraînement qui aide les patients à contrôler les processus physiologiques involontaires qui contribuent aux symptômes douloureux. Ce type de thérapie peut être utilisé pour gérer la douleur et la tension, le syndrome du côlon irritable, l’anxiété et de nombreux autres problèmes de santé qui sont déclenchés par le stress chronique.

La recherche suggère que la thérapie par biofeedback peut être efficace pour les douleurs du bassin car elle incite à la relaxation musculaire et se concentre sur la rééducation musculaire, ce qui peut soulager les symptômes. Les thérapeutes formés au biofeedback sont capables de déterminer comment les symptômes d’un patient peuvent être minimisés en apprenant à manipuler ses comportements physiques involontaires. Les patients peuvent apprendre à réduire la tension musculaire qui entraîne la douleur.(19)

4. La thérapie cognitivo-comportementale

Lathérapie cognitivo-comportementale (TCC) est l’une des formes les plus populaires de psychothérapie qui met l’accent sur l’importance des pensées sous-jacentes et sur la façon dont elles poussent une personne à agir ou à se sentir. Pour les personnes qui souffrent de douleurs pelviennes à la suite d’un stress émotionnel ou d’un traumatisme, la TCC ou une autre forme de psychothérapie peut être extrêmement bénéfique.

La TCC donne aux patients un plus grand contrôle sur leur vie et les aide à remplacer les modes de vie qui ne fonctionnent pas bien par des modes de vie qui ont un impact positif et bénéfique. Les recherches montrent que la TCC peut être utile aux patientes souffrant de troubles de la douleur sexuelle féminine. Ces troubles, qui comprennent entre autres la vulvodynie et le vaginisme, peuvent provoquer des douleurs dans et autour de la zone pelvienne, du vagin, de la vulve et de l’utérus. Selon une recherche publiée par l’Association for Behavioral and Cognitive Therapies, une étude a révélé que près de 80 % des femmes participant à une TCC et à une thérapie physique ont trouvé un soulagement à leur douleur.(20)

5. Yoga

L’un des nombreux avantages du yoga est sa capacité à réduire la douleur et à améliorer votre qualité de vie. Une étude de 2011 publiée dans le Journal of Pediatric and Adolescent Gynecology a révélé que les poses de yoga telles que les poses du cobra, du chat et du poisson, étaient capables de réduire la gravité de la durée de la douleur chez les femmes pendant leurs cycles menstruels. Les postures de yoga ont également réduit la gravité de la douleur et des crampes. Cette étude suggère que le yoga peut également être appliqué au traitement des douleurs pelviennes car il permet de soulager la pression et de gérer les douleurs gynécologiques.(21)

6. Acupuncture

L’acupuncture stimule des points spécifiques du corps afin de réduire la douleur et l’inflammation. Plusieurs études montrent l’utilité de l’acupuncture pour les douleurs pelviennes chroniques chez les hommes et les femmes. Une étude menée au Japon a révélé que les douleurs pelviennes diminuaient de manière significative après cinq traitements d’acupuncture.(22) Et d’autres recherches soutiennent l’utilisation de l’acupuncture pour soulager la douleur dans le bassin et les réactions inflammatoires qui peuvent contribuer au problème.(23)

7. Régime alimentaire anti-inflammatoire et riche en fibres

Les douleurs du bassin peuvent être causées par un certain nombre de problèmes de santé qui impliquent une inflammation, de sorte que s’en tenir à un régime alimentaire basé sur des aliments anti-inflammatoires peut être bénéfique. Concentrez-vous sur la consommation de beaucoup d’aliments antioxydants et d’oméga-3 qui aideront à guérir votre corps.

Une étude de 2013 publiée dans le Journal of Child Neurology a révélé que le régime cétogène fonctionne comme un traitement anticonvulsivant efficace qui peut être utilisé pour soulager la douleur et l’inflammation. Le régime cétogène comprend de nombreux aliments anti-inflammatoires, comme les légumes verts à feuilles, les carottes, le brocoli, les protéines propres et biologiques, les noix, les graines, l’huile de coco et l’huile d’olive.(24)

La recherche montre également qu’un régime riche en fibres peut être bénéfique pour les personnes souffrant de troubles du plancher pelvien, en particulier lorsqu’ils sont causés par des problèmes digestifs comme la constipation. Manger beaucoup de légumes, de noix et de graines peut aider à réguler la digestion et à atténuer les douleurs pelviennes causées par l’effort à fournir pour aller aux toilettes ou par une pression accrue sur l’abdomen et le rectum.(25)

En plus de consommer ces aliments anti-inflammatoires bénéfiques, évitez les aliments qui peuvent aggraver les douleurs dans la région pelvienne. Cela comprend les aliments emballés inflammatoires, les aliments et les boissons sucrés artificiellement, l’alcool en excès et les glucides raffinés.

8. Quercétine

Laquercétine est un antioxydant flavonoïde qui aide à combattre l’inflammation et les dommages causés par les radicaux libres. La prise d’un supplément de quercétine peut aider à traiter la cause sous-jacente de la douleur dans le bassin, surtout si elle est causée par des conditions inflammatoires. Une étude de 2011 publiée dans The Urologic Clinics of North America a révélé que la quercétine était utile pour les patients souffrant de plaintes spécifiques à un organe impliquant la vessie ou la prostate, et de spasmes du plancher pelvien.(26)

Les suppléments de quercétine sont disponibles en ligne et dans de nombreux magasins d’aliments naturels ou de vitamines. Vous pouvez également obtenir de la quercétine à partir d’aliments comme les pommes, les poivrons, les myrtilles, les cerises, les légumes verts à feuilles, le thé vert, le vin rouge et l’huile d’olive.


Précautions à prendre

Il existe de nombreuses causes possibles de douleurs pelviennes et certaines de ces affections sont graves. Prenez rendez-vous avec votre professionnel de la santé pour déterminer la cause de votre douleur. N’oubliez pas que la douleur dans la région pelvienne est un symptôme et non une affection. Elle ne peut donc être traitée correctement que si vous en connaissez la cause initiale.

Si vous ressentez une douleur inhabituelle dans la région pelvienne accompagnée de saignements vaginaux, appelez immédiatement votre médecin, surtout si vous êtes ou pourriez être enceinte. Cela peut être le signe d’une fausse couche ou d’un problème gynécologique.


Dernières réflexions

  • La douleur pelvienne est une douleur continue ou intermittente qui se produit dans la zone pelvienne ou le bas de l’abdomen. Elle entraîne une limitation des activités quotidiennes ou une diminution de la qualité de vie.
  • La prévalence mondiale des douleurs pelviennes varie entre 5,7 et 26,6 %.
  • Il existe de nombreuses causes possibles de douleurs pelviennes, tant chez les hommes que chez les femmes. Elles peuvent être causées par une infection, un problème avec des organes internes non reproducteurs, comme le côlon ou la vessie, ou, pour les femmes, un problème avec un organe reproducteur. Le stress ou les expériences traumatisantes, comme les abus sexuels, peuvent également provoquer des douleurs pelviennes.
  • Le traitement conventionnel dépend de la cause du problème. Parmi les méthodes de traitement courantes figurent les AINS, les relaxants musculaires et l’hormonothérapie. Dans les cas graves, une intervention chirurgicale peut être nécessaire.
  • Les traitements naturels comprennent les soins chiropratiques, la thérapie physique et les exercices du plancher pelvien, la thérapie par rétroaction biologique, la thérapie cognitivo-comportementale, le yoga, l’acupuncture, le régime anti-inflammatoire et la quercétine.

Lire la suite : La première cause d’infertilité ? Le syndrome des ovaires polykystiques

Retour haut de page